Image

PARTENAIRES

DERNIERE VIDEO

REVUE DE PRESSE

Image

PRESSE DU BURKINA

GENERALITES

Region du Sahel

Image

Le Burkina Faso

Image

VISITEURS

Nous avons 45 invités et aucun membre en ligne

Pin It

Du 6 au 14 septembre 2019, l’Union Fraternelle des Croyants de Dori a organisé une caravane des jeunes. Partie de Dori, cette caravane a sillonné plusieurs villes du Burkina avec pour mission le renforcement de la cohésion sociale à travers la mobilisation des jeunes comme acteurs de paix. « Le rôle des jeunes dans la construction du vivre-ensemble, la prévention de la radicalisation et la lutte contre l’extrémisme violent », c’est sur ce thème que s’est déroulée la présente édition de caravane dans un contexte burkinabè marqué par l’insécurité.


C’est le 7 septembre dernier à Dori que des jeunes venus des quatre coins du Burkina issus de diverses confessions religieuses ont été envoyés en mission par le Secrétaire Général de la région du Sahel, l’Evêque de Dori et le Grand Imam de Dori. « Chers caravaniers, devant l’Evêque de Dori, le Grand Imam et moi-même, vous avez pris vos bâtons de pèlerins pour une mission de promotion de la paix. Nous ne doutons pas un seul instant que vous réussirez cette noble mission. » a lancé Inoussa Kaboré, Secrétaire général de la région du Sahel au cours de la cérémonie de lancement de la caravane.


Après la cérémonie, la caravane a pris la route de Koupéla. A cette étape, plusieurs rencontres ont été faites. En effet, la caravane a eu des moments d’échanges avec les leaders religieux et coutumiers, en l’occurrence l’archevêque de Koupéla, le Grand Imam, le Pasteur de l’église central des Assemblées de Dieu ainsi que le Chef de Koupéla. Bénédictions, conseils, félicitations et encouragements ont été les maitres mots formulés par ces dignitaires à l’endroit de ces jeunes. « Le contexte actuel nous amène à redoubler d’efforts » a rappelé le chef de Koupéla et d’exhorter les jeunes à faire de la construction du vivre-ensemble leur engagement quotidien. En plus de ces responsables, la caravane a été reçue par le maire de la cité des cailloux blancs qui n’a pas manqué à son tour d’inviter les jeunes à donner la main pour l’édification du Burkina. Les caravaniers, à leur tour, n’ont pas manqué de livrer leur message contenu dans une déclaration commune signée par tous faisant état de leur conviction et de leur engagement à prendre leur place et jouer pleinement rôle dans la construction de la cohésion sociale.


C’est avec le sentiment d’une mission bien remplie que la caravane a quitté Koupéla pour Koudougou avec le même message de promotion de la cohésion sociale. Dans cette course contre la montre, la caravane a été reçue par le premier responsable administratif de la région en la personne de Irène COULIBALI, Gouverneur de la région du Centre Ouest. Affirmant tous les encouragements et félicitations de l’administration à ces jeunes qui ont pris conscience de construire la paix au quotidien, Madame COULIBALI a invité les jeunes à continuer dans cette lancée en s’unissant pour faire à l’adversité. En outre, la caravane a été reçue par les dignitaires religieux de la ville de Koudougou. Elle a été accueillie à la grande mosquée de Koudougou par le responsable des lieux, puis avec des responsables de l’église centrale des assemblées de Dieu de la ville. Les caravaniers ont également échangé l’Evêque de Koudougou, Mgr Joachim OUEDRAOGO. Ces moments, digne d’un rendez-vous scrupuleusement préparé par le premier responsable du diocèse ont été marqués par une messe célébrée par lui à la paroisse Notre Dame de la Réconciliation de Bourkina et un diner d’échanges. Dans son homélie dédiée à ces jeunes chrétiens et musulmans en caravane, Mgr Joachim, alliant lectures du jour et passages du Coran, s’adresse ainsi à eux : « Chers caravaniers, chères caravanières, vous savez ce que Dieu attend de vous ! Vous savez ce que la nation burkinabè attend de vous : Faire le bien ; opter pour le bien ; être dans le parti du bien ; aimer le bien ! C’est un pèlerinage que vous êtes en train de faire : C’est une marche de foi car vous croyez en Dieu et en l’homme. Vous croyez en Dieu qui aime tous les hommes sans distinction aucune, et vous croyez en l’homme, en sa capacité à transcender à transcender son instinct animal pour accepter l’autre et l’aimer tel qu’il est. […] Vous espérez un Burkina de paix, de joie, de justice et de fraternité. »


C’est dans cette espérance d’un Burkina de paix que les caravaniers ont continué leur pèlerinage le 10 septembre à Bobo-Dioulasso avec la même conviction et le même message. A ce titre, des rencontres de mobilisation et de plaidoyer ont été faites avec des responsables des communautés musulmanes et catholiques et des jeunes de la ville de Sya. Cette étape de Bobo-Dioulasso a été tremplin pour mobiliser les jeunes afin qu’ils puissent s’engager pleinement dans construction de la paix.
Après cette quatrième étape, les caravaniers ont gagné la capitale burkinabè pour l’apothéose. A Ouagadougou, les caravaniers ont été reçues par des leaders religieux, notamment l’Evêque auxiliaire de Ouagadougou, représentant le cardinal, les responsables de la Fédération des Associations Islamiques du Burkina et de la Fédération des Eglises et Missions Evangéliques. Ces rencontres pleines d’encouragements et de bénédictions à l’endroit de la caravane ont été des occasions pour les caravaniers de livrer leur message contenu dans la déclaration commune qu’ils ont signé et qui a également été signée par les différents responsables rencontrées tout au long de la caravane.


Des jeunes de l’ensemble Burkina reçoivent les graines de la paix
La caravane des jeunes pour la paix a marqué à son étape de Ouagadougou par une conférence publique de mobilisation des jeunes pour paix. Des jeunes chrétiens et musulmans, venus de treize régions du pays, ont pris part à cette conférence portant sur le thème : « Le rôle des jeunes dans la construction du vivre-ensemble, la prévention de la radicalisation et la lutte contre l’extrémisme violent ». Animée par le Père Jean Paul SAGADOU, l’Imam Alidou ILBOUDO et Mme Hadjiratou ZONGO, elle a réuni plus d’une soixantaine de participants dans le but de renforcer la cohésion sociale à travers l’implication des jeunes. Cette conférence, comme l’ont exprimé certains caravaniers, a été très enrichissante. Ainsi, chacun a reçu des graines de la paix qu’il aura à semer dans son milieu de vie, touche chose qui pourra embraser l’ensemble du pays.


Et comme l’ont dit et redit dans leur déclaration tout au long de cette caravane rendue possible grâce à l’appui financier de MISSIO Munich et MISSIO Aachen, jeunes ont pris l’engagement de créer les conditions et se donner les moyens pour faire du Burkina Faso un havre de paix.