Image

PARTENAIRES

DERNIERE VIDEO

REVUE DE PRESSE

Image

PRESSE DU BURKINA

GENERALITES

Region du Sahel

Image

Le Burkina Faso

Image

VISITEURS

Nous avons 36 invités et aucun membre en ligne

Pin It

L’Union Fraternelle des Croyants de Dori (UFC-Dori) a organisé du 28 février au 1er mars 2020 à Dori, la 15e édition des Journées du Maraîcher du Sahel (JMS). Tenue dans un contexte bien particulier, cette édition des JMS n’a pas connu la participation de l’ensemble des organisations paysannes accompagnées par l’UFC-Dori du fait de l’insécurité.


« Restaurer le vivre-ensemble dans les villages du Sahel : rôle des producteurs accompagnés par l’UFC-Dori ». C’est autour de ce thème que s’est tenue la 15e édition des Journées du Maraicher du Sahel dont l’ouverture officielle a été faite le 28 février par le Conseiller technique du Gouverneur de la région du Sahel. Organisée depuis 2006 par l’Union Fraternelle des Croyants de Dori (UFC-Dori), elle constitue une vitrine de valorisation de la production maraichère au Sahel. La tenue de la présente édition a été un véritable challenge, a souligné François Paul RAMDE, Coordonnateur de UFC-Dori. En effet, contrairement aux éditions antérieures, les JMS 2020 se sont tenues dans un contexte sécuritaire assez dégradé. Sept organisations paysannes accompagnées par UFC-Dori n’ont pas pu prendre part à l’édition, car n’ayant pas pu faire la production du fait des attaques terroristes qui ont contraint les populations de ces villages à des déplacements.


C’est dans un tel contexte où le vivre-ensemble est mis à mal que Moussa DICKO, Représentant du Gouverneur de la région du Sahel, a invité au cours de la cérémonie d’ouverture les producteurs accompagnés par UFC-Dori à être des artisans de paix à l’image de UFC-Dori. « C’est dans un esprit d’accueil fraternel, de compréhension et de solidarité nationale que nous arriverons ensemble à restaurer ou à reconstituer notre vivre-ensemble. » a-t-il exhorté.


Contrairement aux années antérieures, les productions ont baissé. Certains sites maraichers n’ont pas pu être exploités du fait de déplacement des producteurs lié à l’insécurité. Même si d’autres ont pu exercer, ce n’est pas comme ils l’auraient souhaité. « Cette année, à cause de la situation sécuritaire dans notre zone, nous n’avons pas pu produire en grande quantité par rapport aux années précédentes. Etant dans le jardin, nous regardons de gauche à droite par peur d’être attaqués. Certains sites n’ont même pas eu le temps de terminer leur production », a confié un producteur.


La simple tenue de la 15ème édition des JMS est une réussite, s’est félicité le Coordonnateur de UFC-Dori. Et tout comme les producteurs, il espère que l’édition prochaine se tiendra dans des conditions de paix.


TRAORE Fatimata Amadou
Stagiaire en communication