Image

PARTENAIRES

DERNIERE VIDEO

REVUE DE PRESSE

Image

PRESSE DU BURKINA

GENERALITES

Region du Sahel

Image

Le Burkina Faso

Image

VISITEURS

Nous avons 118 invités et aucun membre en ligne

Pin It

L’atelier national de lancement officiel du projet de Promotion du Dialogue Interreligieux et du Vivre-Ensemble au Burkina Faso s’est tenu le jeudi 15 octobre 2020 à Ouagadougou. Ce projet est porté par un consortium Union Fraternelle des Croyants de Dori (UFC-Dori), le Centre Diocésain de Communication de Ouahigouya (CDC) et l’Association pour le Développement des Communautés Villageoises de l’Est (ADCV), dont l’UFC-Dori est le chef de file. Il couvre les régions du Sahel, Nord et de l’Est et va fortement contribuer avec les communautés religieuses, à un mieux vivre ensemble. Il est entièrement financé par le Royaume des Pays-Bas à plus de 643 millions de francs CFA.

Depuis 2016 le Burkina Faso connait une crise sécuritaire préoccupante sans précédente. Plusieurs attaques terroristes sont enregistrées sur une large partie du territoire et un déplacement massif des habitants un peu partout à l’intérieur du pays. Ces attaques ont engendré des affrontements communautaires qui illustrent fort bien la nécessité de prévenir et bien gérer les conflits. Le dialogue social est l’outil par excellence, efficace pour la réussite de cette mission. Étant donné que le conflit fait partie intégrante de la vie en société, le challenge nous revient de le prévenir et de bien le gérer pour une cohésion sociale durable.

Le projet Pro_DIVE ambitionne de restaurer la stabilité dans les régions de l’Est, du Nord et du Sahel
Le représentant du Ministre d’État, Ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale, Régis Zougmoré, chargé de missions, a confié que le choix des 3 régions était prévisible. Ce sont elles qui connaissent une fragilité sociale et il est important de faire un travail en amont dans ces régions. « Le Burkina Faso fait face depuis un certain moment à un contexte marqué par la multiplication d’incidents sécuritaire, des tensions sociales et des conflits inter ou intracommunautaires, et les régions d’intervention du projet sont les plus touchées par ces énormes » a-t-il souligné.
Aussi, il a soutenu que la « coopération sociale » constitue un socle fondamental pour le bon vivre ensemble. C’est pourquoi, « le gouvernement s’engage à vous soutenir dans la sensibilisation, la concertation et l’accompagnement des collectivités locales pour une observation du principe de redevabilité, gage de paix et de cohésion sociale », a-t-il affirmé.

La religion fait la promotion de la paix, la tolérance et le pardon et non la division
En abondant dans le même sens, le chargé d’affaires des Pays-Bas, Maarten Rush, a évoqué l’importance et la nécessité de ce projet pour le Burkina Faso. « La bataille pour la liberté religieuse et contre les conflits interreligieux et l’extrémisme violent demeure comme nous le savons tous, un défi immense pour les autorités, les partenaires, la société et les individus en dépit des progrès remarquables réalisés ces dernières années ». Pour le Vicaire général du diocèse de Dori, Abbé Damien Kondé, représentant du répondant juridique de UFC-Dori, la religion doit servir de rempare à la cohésion sociale au sein des communautés. « Il est indispensable que les différents acteurs, particulièrement les leaders religieux et coutumiers prennent le leadership pour véhiculer les valeurs paix(…) j’invite les jeunes de nos communautés à toujours approfondir leur foi respective avec une fenêtre ouverte sur les autres religions »a indiqué le représentant du répondant juridique.
Le Coordonnateur de UFC-Dori, François Paul Ramdé, chef de file du consortium en charge de ce projet, a expliqué qu’il y a un certain nombre d’activités qui sont planifiées tant au niveau des 3 régions que national. « Nous allons œuvrer à l’implication des 3 régions à savoir, la région de l’Est, du Nord et du Sahel, ainsi que toute l’entendue du territoire national à travers des cadres de concertations et des mécanismes de résolution endogènes de conflits. Le dialogue social n’est pas une affaire d’une seule personne ou d’un groupe d’individus mais une affaire de toutes et tous », a-t-il indiqué.

D’une durée de 24 mois, le projet PRO_DIVE porté par le consortium UFC-Dori, CDC et ADCV a pour objectif global de contribuer à renforcer la stabilité du Burkina Faso par la promotion du dialogue interreligieux, interculturel et le vivre-ensemble harmonieux au Burkina Faso et particulièrement dans les régions du Sahel, du Nord et de l’Est. Il a pour a pour cible les organisations à base communautaire, les leaders religieux et coutumiers, les éducateurs, les acteurs de l’Etat et des collectivités territoriales.

Souhaibata BARRY

Chargée de communication et de régulation de l'information du projet Pro_DIVE